Early early, run run ..

mercredi 6 mars 2013


C'était samedi dernier, le réveil fut difficile. Fraichement débarquée sur Paris pour 2 journées de boulot, et voilà que ma célèbre grasse matinée du samedi matin me fut squeezée. Les pieds en feu, car le vendredi était un sympathique périple parisien sur talons aiguilles. Entre RDVs, visite du Tranoï et boulot, mes orteils n'avaient plus de quoi s'épanouir. 



Le samedi, donc, il n'a fallut que mon reflet dans la glace pour réveiller mon corps avec effroi, brrr.. Les yeux gonflés, je ressemble à Mariah Carrey (le glamour Hollywoodien du mannequin enfin révélé!). Si seulement la vie pouvait être un film L'Oréal avec beauté en prime dès le réveil .. Un bon café/muffin/croissant/chaitea/jenpasse en plein Saint Germain avec Annina, chez qui j'ai passé le plus doux des vendredis soir, et hop je file au shoot pour Fanny Lapetina dans le 20ème. 
J'arrive dans un petit appartement épuré et coquet, bien accueillie par une équipe jeune ayant l'envie de produire de beaux visuels. Comme vous le savez déjà, j'adore les shootings commerciaux ! 





Ca a été rapide. Les Speedy-Gonzalez de l'image. Je n'avais qu'une quinzaine de looks à shooter ainsi que 3 photos d'ambiance. Sur certaines prods, j'aurais pu en avoir jusque 19H (changement de lumière en plein milieu de la journée, obligation de tout reprendre de zéro. Ou encore 3 changements de makeup pour dynamiser le tout, ou pourquoi pas prendre une pause déj de 3H30 ? C'est bien souvent le soucis sur les grosse prods..). J'ai terminé aux alentours de 14:30, de quoi reprendre mon train sereinement et finir ma grasse matinée dans le fauteuil à bascule gris de l'alliance railteam.  



Avec du recul, j'ai comme l'impression de mieux vivre le fait d'évoluer dans le monde de la mode (malgré le terrible épisode de la Thailande, il restera à jamais de côté celui là). 
Quand j'habitais Paris, tout n'était que stress et course au boulot. Même si je me donnais à fond pour l'amour de mon travail, ce n'était pas sans mal. On limite ses cafés-terrasses avec ses amies de peur de manquer le casting, on rentre tard le soir chez soi et tellement fatiguée qu'on en oublie le moment avec son homme, on se lève tôt le matin pour prospecter, et nos seules vraies relations pseudo durables sont celles entretenues avec l'agence (si on peut parler de "relations", car je n'en connais pas vraiment d'autre où l'on t'enroules hebdomadairement un mètre jaune autour des seins pour juger si oui ou non tu es apte à travailler cette semaine.. Grosse poitrine = pas de boulot). Bref, voilà pourquoi Paris ne me manque pas. 

De mon point de vue actuel et mes bookings ponctuels, je suis bien plus épanouie et loin de ce monde de brutes. Le métier me manque, c'est vrai, pas le milieu. Mais je pense qu'il était nécessaire, personnellement, de m'éloigner de cette cohue modesque et fashion pour ne sélectionner que les jobs qui m'intéressent vraiment. Et puis, avec la fin de mes études et le boulot à coté,  il fallait bien faire des concessions !
Si vous vous lancez dans l'aventure, prenez tout ce qui vous arrive avec des pincettes, conseil de collègue !


xx


Photographe : Fabien Courmont 
Bijoux : Mademoiselle Pierre

3 commentaires:

  1. haha great! the first picture is just really good

    RépondreSupprimer
  2. Top la dernière photo, et article très intéressant :)
    Bisous !

    RépondreSupprimer
  3. Coucou ma belle. Je ne sais pas si tu te souviens, on s'était rencontré a l'agence Penelope à Lille ;) On avait même échangé quelques fringues ensemble... j'ai moi même un blog voici le lien

    http://www.the-heels.com

    Je suis contente de voir que tout va bien pour toi et j'ajoute illico ton blog a mes favoris ! bisous

    RépondreSupprimer

Bannière : © Léo Busnoult. Fourni par Blogger.
Hayley Larue Design