Ce métier qui vous vous rend plus fort

jeudi 9 mai 2013




Les shootings donnent souvent l'occasion d'incarner un personnage vraiment loin de ce dont on a l'habitude d'être. 

Et c'est ça que j'adore dans ce métier ! Jouer la comédie, être quelqu'un d'autre, maquillée, coiffée, c'est toujours une situation exceptionnelle et parfois, certaines séances photos rendent les choses encore plus extrêmes !

Comment pourrai-je passer à côté de cette expérience ? Il fallait que je vous raconte cette journée de shooting. Mary-Laetitia est une photographe dont j'apprécie beaucoup le travail. L'année dernière elle m'appelle et me propose un projet un peu fou ... Bien entendu, j'accepte !
Le temps d'un week-end me voilà descendue en Avignon, c'était en Avril 2012. 

Le projet de Mary est simple : éditer un livre où une quinzaine de chefs culinaires acceptent de se mettre à nu (au sens propre avec un maquillage en accord avec les recettes qui leurs sont associées) et de sublimer des produits, à travers un menu de 3 plats s'inspirant d'une oeuvre d'art qui reflète sa forme de pensée, sa façon d'aimer et sa création dans la gastronomie. 
Concrètement, chaque chapitre inaugure un poème ou texte célèbre de la littérature incarné par un chef cuisinier et illustré par une interprétation photographique de ce texte. 













Mon challenge ici était d'incarner le tableau de Millais où la belle Ophélie d'Hamlet s'étend dans l'eau pour mourir. J'aime énormément Shakespeare et ce tableau m'a toujours beaucoup parlé. On se retrouve autour de la Sorgue, célèbre rivière du Vauclure où j'apprends que la température annuelle et invariable de celle ci est de 11°. Je pars avec mon tempérament de feu : même pas peur. 















Je n'ai jamais ressenti une telle souffrance à cause du froid. Sachant que la température extérieure avoisinait les 20/22°, il était très douloureux de rester dans cette position longtemps. Si mes souvenirs sont exacts, j'ai du rester la première fois à peu près 4 minutes à l'eau, et je vous assure que c'était suffisant ! Mary a shooté une photo qu'elle adore où des larmes me coulent sur le visage, c'est celle ci qu'elle gardera. Pourtant tout n'est pas parfait dessus, mais c'est celle qu'elle trouve la plus forte et la plus vraie, où la douleur est réelle et retranscrite. Un photographe étant toujours dans la recherche de la perfection, je me remets à l'eau une seconde fois, pétrifiée, avec une nouvelle robe. On essaye différentes variantes du tableau mais sans satisfaction générale. Je sors, on s'applaudit, c'était incroyable ! 


Ce n'est pas l'unique fois où j'ai shooté avec Mary Laetitia, ce que j'aime chez elle c'est qu'elle va au delà de l'image. C'était une réelle performance. A la suite de ce shooting, j'étais un peu déboussolée, comme ci j'avais incarné pour de vrai cette Ophélia en pleine souffrance ultime. 



Mary Laetitia GERVAL : OO:58 XY (éditions GERVAL) - 474 pages - 







xx






2 commentaires:

  1. Je te déteste (mais juste un peu ^^), j'ai toujours rêvé de reproduire ce tableau en photo

    Le résultat est sublime !!

    RépondreSupprimer
  2. Le rendu est magnifique ! J'imagine bien comme t'as du galérer pour entrer dans l'eau avec le froid... Mais c'est génial parce que malgré tout t'as recommencé ! Le paysage est vraiment beau, et tes cheveux... Je t'envie !

    J'aime beaucoup cet article :)
    Nat
    http://nataleau.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer

Bannière : © Léo Busnoult. Fourni par Blogger.
Hayley Larue Design