Nous, les mannequins et nos grosses fesses

mercredi 24 septembre 2014

Le complexe du mannequin n'est pas un mythe.
Il n'est pas non plus question de recevoir une pluie de compliments sur notre nez ou nos nénés quand on se plaint de notre physique. Jamais. On a des complexes, et des vrais (enfin, en règle générale, il existe toujours des "exceptions").

Alors voilà, j'ai remarqué que beaucoup de mes collègues mannequins se plaignaient souvent de leurs physiques et moi dont. J'ai voulu comprendre pourquoi. Alors j'ai réfléchi, j'ai laissé cet article en jachère pas mal de temps, j'y suis revenue puis finalement je l'ai terminé.

1) Nous sommes soumises à des critiques physiques permanentes
A partir du moment où une personne apprend que nous sommes "mannequins", leurs visages se déforment et leurs yeux deviennent tels deux infras rouges à la recherche de la vérité. "Ha bon ? Mais, pourtant tu n'es pas très grande ! Mais, ta peau n'est pas parfaite ! Mais, tu as les cheveux courts ! Mais tu as de la cellulite sur le haut de la fesse" et j'en passe ... Parce-que pour la plupart des gens, mannequin signifie perfection absolue permanente. Mais non. Désolée de vous l'apprendre. C'est un métier qui sollicite beaucoup de photogénie, de connaissance personnelle pour arriver à produire une image en équipe. J'avais déjà utilisé cette image dans un précédent post, mais c'est un peu comme ci vous tombiez sur un mec lambda dans la rue en lui disant "Mais ! C'est bizarre tu n'as pas la tête d'un avocat !" Attendez un peu qu'il se mette en tenue de travail ;-) 

2) L'ascenseur émotif
Dans notre métier, nous sommes uniquement jugées sur notre apparence physique. On enchaine les castings, les rendez-vous, les voyages photo ... Et comme les goûts et les couleurs ne sont pas universels et différents pour chacun d'entre nous, il arrive forcément un moment où notre profil plait très fortement à quelqu'un et pas du tout à un autre. Sauf que, au lieu de le dire d'une manière sympa et douce, dans ce milieu le temps c'est de l'argent. On nous fait comprendre fissa qu'on est trop "grosse", trop "petite", que nos seins sont trop "gros", ou pas assez, que nos fesses ne sont pas assez rebondies, que nos cuisses sont trop musclées, que nos mollets sont trop étirées, ... Bien entendu, chaque personne qui sera soumise à nous juger nous trouvera toujours un défaut différent de la précédente. Comment ne voulez vous pas devenir accroc au sport et obsédée par son physique après tout ça ? 
Malheureusement, on a envie de "réparer" nos défauts pour tenter de plaire à tout le monde. Chose impossible vous le savez bien. Et pourtant, nous avons toutes une petite voix intérieure qui va chercher quotidiennement à faire des efforts sur certains points. Ca peut être une augmentation de la dose sportive hebdomadaire comme des privations à outrance pour éviter de prendre un gramme de peau ou de graisse supplémentaire.

3) Les photos retouchées
Mon sujet préféré hahaha !
N'en déplaisent à certaines, j'adore voir mes photos retouchées. Enfin, de manière réelle je veux dire, pas comme un Sims. Tout d'abord, sur une séance photo, nous sommes maquillées, coiffées, ambiancées dans un cadre particulier. Une image ne se monte pas toute seule. Rien que le fait d'être derrière l'objectif, on est une fille différente, on doit jouer la comédie et entrer dans un personnage : sensuel, agressif, doux, romantique, commercial, ... Personnellement, j'adore ça !
Ensuite, quelques semaines plus tard, on récupère nos images par le biais de notre agence. On se redécouvre encore différente. L'image a été redressée, la lumière a été améliorée, ma peau a été perfectionnée. Et l'image reçue envoie du lourd ! Je sais que pour certaines filles, une image retouchée est frustrante, vexante, car elles pensent qu'elles n'ont pas été parfaites pour le boulot. Mais ça n'a absolument rien à voir ! Tous les visuels sont retouchées et de manière permanente. Une image brute peut être certes très belle, mais aujourd'hui il faut améliorer un minimum le rendu final avant de livrer l'image pour un magazine ou un client. D'où l'intérêt aussi du numérique à notre siècle ! 
Revenons à cette image retouchée, j'adore la regarde des milliers de fois. J'arrive à me projeter dans ce personnage que je regarde sur cette photo en me disant que c'était moi à 98% ! Ca me fascine, ça me fait rêver et je me dis "wow, j'ai aidé à produire cette image et elle est superbe". J'aime la moi retouchée beaucoup plus que la moi quotidienne. J'adore produire de l'image, ça me fait rêver et ça me permet de me créer un personnage. Une facette de mon métier dont je ne me lasserai jamais !

4) Les castings ratés
J'ai envie de dire heureusement que ça arrive ! Sinon, on serait toutes sur les mêmes boulots et la diversité des photos ne serait pas intéressante. Les castings ratés, c'est souvent terrible. On se dit qu'on obtiendra pas ce job qui était si bien payé ou ce job qui aurait pu compléter notre book avec des visuels mortels ! Ca arrive, et ça arrivera malheureusement encore. 
Sauf que, les castings ratés peuvent être aussi ravageurs que la critique physique. J'ai rencontré des filles qui, en sortant de castings, s'infligeaient des pauses cigarettes à outrance (plusieurs paquets, c'est vrai que ça n'arrangera ni l'haleine, ni la peau, ni la couleur des dents, enfin bon ...), une alimentation suspendue jusqu'à nouvel ordre, un changement de look total impliquant coupe de cheveux (mauvaise idée, l'agence risque de tourner de l'oeil en voyant ça !), etc ... Il ne faut pas se remettre en question après un casting foireux ! On nous juge uniquement sur notre physique et non sur nos capacités intellectuelles. Le plus intelligent a se dire (et je ne m'en suis rendu compte que bien trop tard), c'est qu'on ne plait pas à ce directeur de casting mais qu'on plaira nécessairement à quelqu'un d'autre ! Il ne faut pas prendre la critique pour soi mais pour le profil recherché pour une photo souhaitée. Se changer ou se remettre en question ne changera rien. On a déjà choisies par cette agence, pour ce casting, c'est déjà qu'un beau pas a été franchi ! Il suffit de persévérer avec son profil, son petit book sous le bras et de continuer de sourire !

5) La concurrence 
La concurrence est rude dans ce monde là. On voit défiler quotidiennement des filles magnifiques dans les couloirs des rédactions de mode pour les castings et on ne peut s'empêcher en tant que fille de se comparer. On passe notre temps (car il est long) à regarder ces filles, à se demander de quelles agences elles viennent, de quelles origines elles sont, etc ... Puis vient le moment où elles se lèvent pour rencontrer le client et là, leurs jambes n'en finissent plus de se dérouler. On se dit qu'on restera bien assise en tailleur jusqu'au moment fatidique car mes jambes, à moi, se déroule plutôt rapidement. On cultive des complexes de comparaisons. Ce qui est très bête, entendez le, car je vais me comparer à des filles qui ne sont pas rousses, pas françaises, pas européennes, avec une peau mate, bref, rien qui puisse engendrer une comparaison avec mon profil. Mais on le fait quand même car c'est dans notre nature féminine, alors imaginez un peu l'ampleur des comparaisons dans un monde de nanas basé sur le physique ! Je me rappelle, sortant de castings la tête basse à me rappeler toutes ces filles que j'ai vu défiler et à qui j'aimerais ressembler. Ca ne m'étonne même plus que de jeunes demoiselles déraillent à un moment donné. Il faut, je pense, conserver sa personnalité au maximum de sa force quand on est dans ce métier là. Il faut développer un mental d'acier et foncer dans le tas avec nos défauts que d'autres trouveront qualités ! 

Je ne blâme pas du tout mon métier, ho non, je l'aime trop pour ça. Mais je voulais vous dresser un tableau des premières raisons qui me venaient à l'esprit concernant nos complexes (même si j'avais déjà dressé un petit tableau de la question ici il y a quelques mois). Car personne ne comprend ce qu'on a dans la tête. Nous, ce n'est pas parce que nous sommes mannequins que nous nous sentons bien dans notre peau en permanence et que l'on pense incarner le charisme de catwoman à chaque foulée bravée en talon aiguille. C'est faux. Et je vous ai expliqué pourquoi.
Maintenant, laissez nous avec nos complexes réels, on fera du sport demain. Ou je mangerai un fruit, je verrai.

x

Source photo : Via aloveisblind

4 commentaires:

  1. Ca ne doit pas être facile tous les jours la vi de mannequins, il faut du courage, moi je ne pourrais pas faire ça! Super article!
    Deltrey de deltreylicious blog mode et beauté

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que ça doit être terrible d'être en permanence jugée par son pshyique ! déjà que la société actuelle le fait tout le temps mais là en plus quand c'est professionnel… ça doit être lourd au quotidien

    http://fashioneiric.blogspot.com.
    Coline ♥

    RépondreSupprimer
  3. Superbe article! Enfin super blog tout court; je me reconnais assez dans ce profil bien que n'étant pas mannequin mais danseuse. Les gens s'attendent pour ma part à ce que je sois "foutue" comme une danseuse de l'opéra, alors que j'ai des formes... ce qui ne m'empêche pas d'être une très bonne danseuse (mais le classique n'est pas mon domaine) mais tant que les gens ne voient pas... En plus de ça il n'y connaissent rien!
    Bref tout ça pour dire aussi que je suis contente d'en apprendre plus sur le vrai monde des mannequins (et pas les gros clichés habituels) et je trouve que ton blog est super pour ça! Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Anonyme ! Merci pour ton gentil message. J'imagine que ce monde là doit être aussi imparfait que le mien et surtout aussi incompris mais, tellement magique et passionnant à la fois ! Je suis contente que le blog te plaise, que tu en apprennes un peu plus sur mon univers, c'est le but de cet endroit !
      Au plaisir en tous cas !
      x

      Supprimer

Bannière : © Léo Busnoult. Fourni par Blogger.
Hayley Larue Design