Les mannequins en retraite

mardi 17 mars 2015


Si je vous dis que je vais avoir 26 ans dans deux mois et que je sens déjà le camping car en route et les soirées tricot arriver à moi, vous en pensez quoi ? 


Ce n'est pas tout à fait faux, mais ce n'est pas tout à fait vrai non plus.

J'ai commencé le mannequinat à 17 ans et j'étais déjà "vieille" ! Alors que d'autres filles avaient déjà un book conséquent et des jobs au compteur, j'étais la petite nouvelle de l'agence qui continuait ses études en parallèle. C'est assez contradictoire, puisqu'à cet âge là, dans le monde "normal", on entame ses études doucement et on planifie un semblant de vie. D'autant plus qu'on a pas encore atteint la majorité !
Le monde du mannequinat est vicieux car on cherche les filles au berceau (comprenez : 15/16 ans, parfois 14), pour les vieillir sur les podiums ou les shooting à l'aide du maquillage et du stylisme et leur donner un côté femme fatale. Sachez qu'il est beaucoup plus facile de vieillir quelqu'un que de le rendre plus jeune. D'où l'astuce ! Certaines agences de mannequins très connues n'embauchent d'ailleurs aucune fille au delà de 18 ans.

Il y a plusieurs points à différencier.

  • Les mannequins destinés à faire des défilés (les mannequins podiums donc) sont souvent jeunes ou ont déjà fait leurs preuves dans le milieu avec de grosses campagnes pour de grandes griffes. Les jeunes mannequins peuvent faire une saison et ne plus jamais retravailler comme devenir des égéries pour des marques par la suite en se faisant repérer et devenir des tops. Les mannequins faisant carrière sont très rares, mais ça arrive. On peut considérer qu'une fille marche bien lorsqu'on la voit plusieurs saisons sur les podiums et dans les magazines. Elle aura toujours du travail mais peut choisir par la suite de se reconvertir lorsque le milieu aura fait le tour d'elle, vise versa.


  • Les mannequins destinés à la publicité et à la photographe (dont je fais partie) peuvent faire carrière également même après 30 ans (en ayant débuté avant). Bien souvent dans la vingtaine, ce type de profil tourne sur des catalogues en prêt à porter ou sur des photos beauté. Au fur et à mesure, ces mannequins s'orientent naturellement vers la publicité et la comédie. Si le mannequin a une "gueule" un peu prononcée (comprenez pas trop passe-partout), il sera compliqué pour lui de durer longtemps puisque son visage est facilement identifiable, on peut se lasser de ce profil (par exemple, je suis rousse, ce qui est un trait physique très fort, il est compliqué pour moi d'être tout le temps sur le front de guerre, on me reconnait très facilement, cela peut desservir certaines marques). Alors qu'une blonde ou une brune aura beaucoup plus de chance d'enchainer les jobs commerciaux.

  • Oui, il existe des mannequins seniors (la demoiselle sur la photo ci-desuss en est la preuve). Ils sont généralement issus d'agences de comédiens. Ils ont été mannequins professionnels dans leurs jeunes années ou ont décidé de mettre le pied à l'étrier très tard en se créant un book photo auprès de photographes. Il n'y a pas d'âge pour se lancer, mais il faut disposer d'un minimum de temps pour les castings. Cependant, les jobs ne tombent pas comme des petits pains pour ce type de profils. On demande peu de seniors. Mais pour le peu de demandes qu'il y a, l'offre existe.


Dans la mode pure et dure, la haute couture et le prêt à porter haut de gamme, on aime avoir des filles fraîchement cueillies et jamais vues ailleurs auparavant. Ce qui est dommage par la suite, est que leur potentiel est rapidement usé puisque les marques ne reprendront pas ces filles, l'exclusivité est souvent de mise. C'est à cause de ce paramètre que certaines filles ne font carrière que quelques années (ou quelques mois parfois) puis décident d'arrêter, de reprendre leurs études ou de se reconvertir dans le milieu.
Dans mon secteur (commercial), il est plus facile de durer dans le temps, même si ma crinière est particulière ! Il y a beaucoup de travail car il est très diversifié (je peux faire de la publicité télé pour de la grande distribution, comme faire des catalogues pour des marques très girly, ou encore présenter des articles de sport dans des showrooms, servir de tête pour des présentations coiffure, faire de la robe de mariée, des salons, des courts-métrage, de la lingerie, ...). Il est très rare de voir des mannequins podiums faire ce genre de jobs car elles sont beaucoup trop identifiées "mode". Tout comme un mannequin commercial ne fera pas de défilé. Chacun son job.

Pour ma part, ça fait huit ans que ça dure. Certains clients ne me reprennent plus et choisissent de changer de visage chaque saison, alors que d'autres ne jurent que par ma frimousse sur leur site internet et dans leurs campagnes de communication. Tout est question de mode et de manière de communiquer. Cela dit, je sens que je commence à m'essouffler (attention, tout est relatif, je compare ma carrière actuelle par rapport aux quatre années passées) alors que mes collègues au profil encore plus commercial que le mien (ce n'est pas péjoratif lorsque je dis ça, bien entendu), fonctionnent encore très bien, voire de mieux en mieux. J'ai aussi fait le choix il y a deux ans en sortant d'études et de mes années de mannequinat intensives d'avoir un travail à temps partiel à coté. Je fais partie des mannequins qui "ont de la bouteille" dans certaines agences, ce qui peut me valoir des bons points pour certains jobs comme de mauvais points.

Huit ans de bons et loyaux services est donc considéré comme une belle carrière professionnelle pour un mannequin. Bien souvent, les filles (ou les garçons mannequins), s'attèlent au mannequinat pendant leur vingtaine et décident ensuite de renouer avec une vie plus normale, moins aléatoire et plus stable. Je suis de cet avis parce que je ne me vois pas à 35 ans, maman et mannequin. Le mannequinat est une parenthèse magique et chouette dans ma vie qui n'est pas encore refermée à ce jour. La retraite du mannequin n'est pas à ma porte encore, mais j'y mettrai certainement un terme lorsque ma vie personnelle prendra un tournant plus sérieux. 

x


Ph. American Apparel

3 commentaires:

  1. Ca a l'air dur le mannequinat!
    Deltreylicious

    RépondreSupprimer
  2. un article très intéressant, et véridique, trop hélas...?
    pourquoi être maman et mannequin ne conviendrait- il pas ?
    tout comme un autre job, par exemple, être commercial pour une marque n'empêche pas d'être maman ne pas mélanger vie privée vie pro, même si... bien entendu, la cadence et le mode de vie " instable" lié au mannequin, et aux revenus fluctuants est (je le conçois bien) un peu effrayant, pour sa vie de famille, mais je pense, sincèrement, que tu peux le faire, notamment, quand on voit de plus en plus aujourd'hui de marques qui se lancent, des petites qui poussent et deviennent grandes grace aux pub, et aux consommateurs francais, qui cherchent de plus en plus des modèles de femmes 38/40 et non femmes filiforme de podium, et puis les femmes enceintes, les campagnes de pub ou web... les profils +size, moiins présent chez les hommes d'ailleurs...
    rien n'est encore joué , peut -etre pourras-tu continuer, et concilier des contrats, et puis, tu as du potentiel, de l'expérience et un boulot aussi à coté ;-)
    tu verras bien ce que l'avenir te réserve! mais je pense que ta frimousse et ta crinière plaira tout autant ! le roux est à la mode, et c'est une pierre précieuse, d'autant plus que tu l'es "naturellement" sans coloration !
    kiss
    alice

    RépondreSupprimer
  3. super interessant cet article, vraiment :)
    Bises Mary

    RépondreSupprimer

Bannière : © Léo Busnoult. Fourni par Blogger.
Hayley Larue Design