''Le défilé des vanités" Cécile Sepulchre

mardi 5 mai 2015


" (...) mais entre nous, c'est joli aussi, une femme sans nombril. Tu aurais vu la photo de départ, c'était ignoble. L'agence nous a envoyé un vrai thon alors que l'on avait demandé seulement des tailles zéro. En France, ça fait du 30, je crois. On a dû lui trouver un 38, tu imagines l'horreur. Elle débordait de son jean slim et comme elle était assise, ça faisait un pli ! Raphaël a passé un savon à la bookeuse et il a tout de suite demandé qu'on gomme ce bourrelet. Il était tellement ravi du résultat qu'il a envoyé un SMS à Queen pour lui dire que c'était la plus belle photo de la saison. Mais on va vite retrouver son nombril sur l'original et le remettre à sa place. Tout va bien. No stress, no stress." 


Ce livre ? Je l'ai dévoré ! Léger et girly comme j'aime, il est aussi très fort de moral.

Bourré d'anecdotes sur le monde de la mode, Cécile, ancienne rédactrice en chef dans la presse mode haut de gamme et luxe, nous raconte l'envers du décor d'une rédaction d'un journal mode, un peu comme je le fais ici avec mon blog sur l'univers du mannequinat. L'obsession pour l'apparence et l'attachement absolu pour les fringues de marques. Ces deux mondes sont finalement intimement liés.  Chacun gère son image d'une manière différente. Des coups bas jusqu'au comment les rédactrices sont devenues interdites en consulting auprès des marques, j'en ai appris beaucoup (comme quoi, même en étant dans le milieu depuis huit ans, j'ignorais pas mal de choses sur ce monde -de requins-).

Je me suis sentie concernée par ce bouquin, de A à Z. Pourquoi ? Il n'y a qu'à lire l'extrait en début d'article ! Obèse, une taille 38 ? Ca me fait doucement rire. Moi qui affiche quotidiennement ces mensurations (#curvygiiiirl), je reconnais bien là les mauvaises paroles de certaines personnes dans ce monde impitoyable. J'en ri aujourd'hui car mon combat continue et que je travaille toujours autant "malgré" ma taille de pantalon, mais je me souviens du sentiment amère et gênant que j'ai pu ressentir en sortant de séances photo en ayant été gratinée de commentaires méchants et bas.
J'ai aimé la dérision, l'évolution des personnages, allant de la petite stagiaire prête à tout à la rédactrice en chef que tout le monde évite à tout prix mais fait semblant d'adorer. Le décor est planté parfaitement. Je me rappelle mes longues heures d'attente en casting dans les couloirs des rédactions, toutes les filles assises au sol en talons de 10, le book sous le bras. Le livre retrace mes années parisiennes ! Et quand je sors les yeux des pages et où je réalise que ce n'est qu'un roman tiré de la vraie vie, j'hallucine ! 

Il y a du "Diable s'habille en Prada" dans ce jeu là mais aussi pas mal de "Sex and the city", d'où la légèreté du livre qui se dévore sans mal de crâne, un jus à la main (un cookie dans l'autre). Les chapitres sont courts, ce qui permet de laisser la lecture facilement de côté pour mieux la reprendre. J'aime ce point très positif dans les livres ! J'aime m'arrêter quand j'en ai envie. 

J'ai presque envie de vous dévoiler la fin, car oui il y a quand même une trame de fond en plus des anecdotes et coups de griffes. Mais je vais garder le secret et vous laisser acheter cette petite merveille que vous pouvez offrir par la suite à votre cousine en quête de glamour professionnel.

x



Article rédigé en exclusivité pour :



1 commentaire:

  1. Bravo pour cet article. J'ai vraiment aimé ce livre, moi aussi et je comprends pas pourquoi il n'est pas dans toutes les librairies, à la place de la Vengeance en Prada, une vraie nullité. Ce livre est bien plus drôle et mieux informé et c'est sympa d'en apprendre autant sur le monde si glamour de la mode parisienne. Reste un mystère : Pourquoi la presse féminine n'en parle t elle pas plus ??????

    RépondreSupprimer

Bannière : © Léo Busnoult. Fourni par Blogger.
Hayley Larue Design