Se reconvertir après le mannequinat

jeudi 22 octobre 2015



On me pose souvent la question : "tu te vois où après tout ça?". Parce que le mannequinat est une activité éphémère. Peu importe le temps que ça dure, il n'est pas le métier d'une vie. Même s'il la construit en partie. C'est un peu comme un job d'été qui marque les esprits et qui fait bouger les choses. Pour certaines exceptions, ça dure plus longtemps si on s'appelle Kate Moss par exemple.

Pour d'autres, dont je fais partie, le mannequinat dure depuis quelques années. C'est une chance car c'est assez rare de rester autant de temps dans les "radars" de la mode. J'en suis consciente et je suis assez fière de mon chemin parcouru qui n'était pas si facile que ça.
Le lien que j'ai développé depuis toutes ces années avec le monde de l'image et la photographie est fort. J'ai appris à aimer des lumières, des cadrages, des couleurs. J'ai appris à aimer un certain style de vie, à ne jamais être au même endroit chaque jour. J'ai rencontré énormément de gens qui m'ont fait découvrir des tas d'univers géniaux ! J'ai changé plusieurs fois de branches scolaires grâce à ces rencontres. Je me voyais journaliste, puis je suis partie dans la communication, j'ai été attachée de presse et me voici chargée de communication. Toujours en ayant le mannequinat dans un coin de mon emploi du temps qui s'étiole de plus en plus au fil que les années passent ...
Finalement, quand j'y repense, ma "reconversion" a été pensée bien en amont. Le mannequinat s'installe en parallèle de mon job quand l'occasion se présente. Je saute de joie à l'idée de faire un shooting mais je n'y mets plus autant d'énergie qu'en 2011 lorsque c'était mon unique métier. Aujourd'hui, faire une séance photo me plait quand j'ai du temps à y consacrer. Mais mes objectifs et perspectives de vie ont changées !

Je n'ai jamais désiré arrêter mes études pour me consacrer au mannequinat. J'ai d'abord voulu passer mon bac (très important), j'ai ensuite obtenu ma licence en médias et communication et seulement à ce moment là j'ai osé le "break". Mes fameuses deux années sur Paris pendant lesquelles je me suis jetée corps et âme dans le monde sans pitié de la mode et du mannequinat ! Que de souvenirs ... Bref. J'ai finalement repris mes études suite à cette parenthèse constructive pour un master de relations presse. Pendant tout ce temps, je jonglais entre mes cahiers de cours, mon book photos et mes jobs un peu partout en France et dans le monde. C'était pas évident. C'était même difficile. J'en ai voulu et j'ai adoré ça !
Quand je prends ma vie à l'heure actuelle et que je la regarde consciensieusement je me rends compte qu'un lien tangible et clair a toujours orchestré tout ça : la communication. C'est vrai, à y repenser, j'ai fais une fac de comm", je fais du mannequinat qui n'est que finalement une succession de photos et d'événements pour un usage de comm", je me suis tournée vers les relations presse pour défendre des images de marques. C'est un monde qui m'a entouré parce que j'ai continué mes études à côté. Ca me tenait à coeur et j'adorais étudier. Je pense que c'est pour ça que ma reconversion est simple et que le jour où les contrats ne tomberont plus du tout je ne serai pas frustrée. Comme diraient les amis "tu as surveillé tes arrières" ;-)

Les copines mannequins qui ne travaillent aujourd'hui plus comme mannequins sont directrices artistiques pour des magazines, stylistes photos, photographes, ou encore avocate dans le droit à l'image ! Le mannequinat nous laisse sensibles à ces milieux liés à l'image. La plupart des filles sont tombées amoureuses de leur métier et ne quitteraient pour rien au monde cet univers même si les jobs se font rares. Et il y en aura d'autres qui ne voudront plus en entendre parler, parfois même comme un complexe, et tourneront la page définitivement. Deviendront assistante de direction ou encore se reconvertiront dans l'automobile ou le sport. 

Mon conseil premier lorsqu'on se jette de tout son plein dans le mannequinat est de ne rien lâcher, autant dans ce monde que dans les études et les relations développées en dehors du mannequinat. Il faut être alertée qu'il ne s'agit que d'une partie infime de sa vie, que ce sera bon et bien, mais pas éternel. Et l'avenir est encore plein de surprises !

x

Ph. Inès de la Fressange pour One Yard


Article rédigé en exclusivité pour :

9 commentaires:

  1. Ma pauvre fille, t'es à fond dans les clichés et tu te prends pour un mannequin, alors que tu ne fais des photos que 3 fois par an... A un moment, faudrait que tu redescendes sur terre et que tu arrêtes de justifier ton physique lambda et ta bêtise par des articles qui ne servent à rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma pauvre Diane ... Je pense qu'il faudrait que tu prennes le temps de te renseigner un petit peu (tu as le temps au moins ?) avant de rédiger un commentaire.
      Ca fait huit ans que je travaille, d'où mes justifications. Alors la terre, je la connais bien. Et la bêtise aussi, avec des commentaires comme les tiens, on la côtoie malheureusement parfois !
      Quoiqu'il en soit, merci d'avoir perdu ton temps ici ! ;)

      x

      Supprimer
    2. Tellement d'accord avec Diane, mon dieu.
      T'es à peine modèle, du genre de book.fr quoi.
      Une mannequin c'est une meuf castée dès ces 16 piges qu'on a rencontré dans la rue, ou sur une plage du sud (cliché quand tu nous tiens), et qui va continuer sur plusieurs années jusque que ces 25/30ans (au mieux). Tu n'as jamais été mannequin désolé de te l'apprendre, même si tu as été "en agence" (mot bien trop galvaudé). Je suis également assez d'accord avec l'idée du physique lambda. Des campagnes à ton nom? Des edito en parution presse? Même les nanas qui font du catalogue sont plus humbles que toi. Je sais pas si t'es parisienne, mais tout ça respire bon le parisianisme du marais. Un mix entre j'envoie du rêve sur instagram et je m'invente ma vie sur facebook. Cool, deep breath, don't try to be someone.

      Supprimer
    3. Tu termines ton commentaire en anglais et c'est moi que tu juges "parisienne du marais" ?
      Ok, comme tu veux :)

      Supprimer
    4. Oui pour que ça te parle, ça parle bien aux nanas de la com en général, elles sont tellement jetlaaaaggées :)

      Supprimer
  2. Un très bel article
    Et je découvre un très beau blog aussi d'ailleurs ;)
    Je pense que c'est important, de casser les clichés qui peuvent tourner autour de ton métier
    Et tu le fais bien !
    <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire très gentil ! Et bienvenue ici alors :) Au plaisir !!
      x

      Supprimer
  3. Très bel article et très beau parcours qu'est le tiens ! C'est tellement appréciable lorsqu'on se sent bien dans son métier, et parfois il faut savoir en changer !! Notre société nous formate à être plus polyvalent. Finis les métiers que l'on traîne pendant 40ans !
    Je te souhaite une très belle réussite ! Bises

    RépondreSupprimer

Bannière : © Léo Busnoult. Fourni par Blogger.
Hayley Larue Design